Par

L’influence en pleine crise Covid-19 : exemples de campagnes adaptées

Dans la série L'influence Marketing en pratique

L’année qui vient de s’écouler a permis de montrer que l’Influence a beaucoup de sens.

L’instantanéité, et la réactivité, induite par les réseaux sociaux a permis aux marques de continuer à communiquer avec leurs audiences à travers des influenceurs plus impliqués et créatifs que jamais. Malgré la crise il est essentiel de continuer à communiquer auprès des ses publics cibles pour qu’ils vous gardent à l’esprit notamment. Ces crises sont l’occasion de prendre la parole avec plus de sens : moins axées sur les produits et plus sur la valeurs de la marque : ce qu’elle apporte à la société, ce sur quoi elle s’engage.

De notre côté, avant même l’annonce du premier confinement, nous avions pris la pleine mesure de cette crise sans précédent. Les équipes ont revu les fils conducteurs et les mécaniques créatives des campagnes pour qu’elles soient adaptées au contexte. L’influence a en effet cela d’avantageux que les messages et les contenus postés sont ancrés dans le quotidien des gens. Cette instantanéité permet de contextualiser tous les posts car il serait maladroit de parler de quelque chose en donnant l’impression qu’on fait fi du contexte actuel : d’un confinement, d’un couvre feu, d’une pénurie, d’une actualité sociétale forte, d’indicateurs sanitaires, etc.

Découvrez 3 exemples de campagnes d’influence amenées
dans un contexte de crise sanitaire.

 

PETIT NAVIRE ⛵

Pendant la 1er confinement, et devant la difficulté de trouver des produits frais, les Français ont acheté des conserves de poisson Petit Navire. La conserve est une excellente solution pour consommer du poisson et faire le plein en vitamines, protéines et Oméga 3, car la conserve préserve ses qualités nutritionnelles. Même ceux qui n’ont pas l’habitude d’en consommer ont opté pour ces conserves durant les phases de confinement.

Face à cet engouement, Petit Navire a décidé d’activer des influenceurs d’univers variés pour inspirer les Français sur la manière de cuisiner les produits en conserve, de façon saine et gourmande.

Assorti du hashtag #LaMerAlaMaison et #RestonschezNousReech a activé 25 influenceurs pour la marque, missionnés pour partager leurs recettes via des stories et posts Instagram dédiés, et inviter leurs communautés à partager leurs « trucs et astuces » pour sublimer les produits Petit Navire.
Une opération chaleureuse, utile et gourmande.

unnamed

 

MAXIBURO 💻

Le spécialiste des fournitures de bureau a lancé une campagne B2B qui donne la parole à un pool d’influenceurs entrepreneurs. Via des contenus riches et variés, ces startupers devaient évoquer leur aventure entrepreneuriale et leur organisation en termes d’espace de travail.

L’opération, initialement prévue en septembre, a vu le jour plus tôt que prévu. Effectivement au vu de la situation inédite, la mécanique a été adaptée pour faire un focus sur l’organisation en télétravail pendant le confinement dès le mois d’avril.
Ce switch stratégique a permis de montrer que la marque restait présente pour ses clients, et de les accompagner au mieux dans ce changement de rythme et lieu de travail.

Nos 5 influenceurs ont présenté leurs solutions pour optimiser l’espace de travail à la maison dans une vidéo corporate LinkedIn, également publiée sur Facebook.

Afin de maximiser sa visibilité, la vidéo a été amplifiée* auprès d’une cible affinitaire B2B et entreprise.
L’opération a généré CPM*et CPC* très intéressants.
Au total plus de 2,5M d’impressions et 43K clics !

 

SYLVANIAN FAMILIES 🐰

À l’occasion des 35 ans de la marque qui propose une gamme unique d’animaux doux, de charmantes maisons, de meubles et de nombreux accessoires, un pool d’influenceuses maman est activé.

Pour célébrer cet anniversaire, les familles devaient organiser, pour Pâques, avec l’aide de leurs enfants et des communautés, un après-midi sous le signe de la joie et la bonne humeur dans un lieu à l’effigie des célèbres figurines.

Si la Covid-19 n’a pas permis d’organiser cet évènement, nous avons adapté la mécanique pour organiser l’anniversaire des Sylvanian families directement chez les influenceuses au mois de Septembre.

Pour plonger les enfants dans les histoires les plus imaginatives, les influenceuses ont préparé l’espace jeu avec leurs communautés en ajoutant leur touche personnelle et créative. Pour créer un « effet wow » le jour J, des mascottes Sylvanian sont venus faire la surprise aux enfants.

Tout au long de l’opération, les mamans ont capté plusieurs vidéos pour montrer l’envers du décor et l’ambiance le jour J, pour un rendu plus authentique.
Avec l’aide d’un monteur, une vidéo récapitulative a été créée pour se remémorer ces moments intimes et festifs.

Capture d’écran 2021-01-08 à 09.06.46

Découvrir la vidéo

———

LEXIQUE

* L’amplification, c’est laisser la possibilité à la marque de faire de l’achat média sur le contenu et au nom d’un influenceur, principalement sur Facebook et Instagram. L’amplification sur les réseaux sociaux permet de cibler de manière très précise une audience. Amplifier un contenu c’est multiplier par 4 les performances d’une campagne ! Les influenceurs doivent  néanmoins pouvoir garder le contrôle sur cette amplification.

** CPM ou Coût pour mille Impressions.
Une des particularités du marketing d’influence est qu’il est impossible de dissocier les coûts de production des contenus par les influenceurs ET leur diffusion auprès de leur communauté. Il faut donc introduire une nouvelle norme : chez Reech, nous avons opté pour le CPM+. Il peut donc être comparé à un CPM média en ajoutant les coûts de production.

*** CPEngagement – CPVue – CPClic
Le coût moyen des engagements/des vues/des clics. Ce dernier est un bon indicateur de rentabilité des campagnes.

Lire la suite

Par

FLASH BACK – Quand Ben & Jerry’s laisse libre court à la créativité des influenceurs pour célébrer le retour d’un de ses produits phares

Dans la série L'influence Marketing en pratique

Case study Reech x Ben & Jerry’s

La Chunky Monkey, la célèbre crème glacée de Ben & Jerry’s, composée de noix, banane et chocolat 🍌🌰🍫, est l’une des préférées des aficionados de la marque. Et si la gourmandise n’a pas d’âge, la Chunky Monkey séduit particulièrement les 18-35 ans, essentiellement urbains. Malheureusement, elle a été retirée de la vente il y a quelques années, au grand dam de ses fans, qui ont créé des groupes Facebook en son honneur, parmi d’autres initiatives appelant à son retour. 

téléchargement

Il y a 1 an, pour célébrer le retour de la Chunky Monkey, disponible en exclusivité via Deliveroo, Ben & Jerry’s a souhaité impliquer les influenceurs dans son dispositif de communication global. 

🎯 Objectif : évènementialiser le retour de la célèbre crème glacée en tenant compte des conditions de sa disponibilité (commande via Deliveroo), en la mettant en scène, et en sollicitant la créativité et la puissance de diffusion des influenceurs pour piquer au vif la curiosité de leurs communautés.

 

😁 Des influenceurs au taquet

Grâce à la technologie propriétaire de Reech, qui permet la détection des influenceurs sur la base de différents critères, combinée à l’expertise des équipes, 10 influenceurs ont été shortlistés, 9 ont été retenus par la marque. 

Concernant la sélection des influenceurs, au delà des critères concernant leur taille de communauté (entre 150K et 300K followers Instagram), ils devaient être urbains, créatifs, épicuriens, connaître la Chunky Monkey, et aimer la marque.

3 influenceurs ont été impliqués dans l’opération 100% Instagram

 

@juliendqr, un ancien pâtissier qui fédère une large communauté autour de contenus Lifestyle. Les profils masculins étant plus rares, les taux d’engagement sont plus importants.  

@sherazadesmh, plus jeune que les autres influenceurs sollicités, elle touche la génération « Netflix and Chill » : ses contenus ont généré 10,82% d’engagement.

@pardonmyfrench75, le profil favori de la marque pour ses posts transpirant la joie de vivre, et ses compétences en design qui lui permettent beaucoup d’originalité dans ses contenus. 

Capture d’écran 2020-11-23 à 15.35.42

Le fait de laisser carte blanche aux influenceurs les a véritablement impliqué dans le projet et a permis à la marque de les voir partager des contenus dynamiques et en phase avec leurs univers respectifs.

Les seules contraintes des influenceurs étaient : 

  • d’intégrer un ingrédient de la glace à leur mise en scène, 
  • de respecter les règles de l’ARPP,
  • de mentionner Ben & Jerry’s ET son partenaire Deliveroo pour favoriser le partage de la bonne nouvelle par le plus grand nombre et assurer la transparence autour des modalités de la distribution de crème glacée, comme de la participation au jeu concours.

🍦 Une mécanique gourmande

Reech a ainsi sollicité des influenceurs parmi les plus créatifs pour mettre en scène l’un des ingrédients de la glace (banane 🍌, chocolat 🍫 ou noix 🌰) en interprétant l’affiche d’un film. Pas n’importe quel film : un film incontournable voire culte (comme la Chunky Monkey!), faisant référence au retour : Le retour de la Momie, Le Retour du Jedi et Retour vers le futur. 

Trois jours avant le retour de la Chunky Monkey, les influenceurs devaient poster sur leurs comptes Instagram respectifs leur réinterprétation d’une affiche d’un de ces films, version Chunky, c’est à dire : en intégrant l’un des éléments composant cette crème glacée. 

À travers ce post créatif et énigmatique, les influenceurs invitaient leur communauté – via jeu concours – à deviner quel parfum de glace serait de retour le vendredi via le #whosbackchallenge. 

Les gagnants pouvaient remporter 50€ de bons d’achat Ben & Jerry’s via Deliveroo.

Capture d’écran 2020-11-23 à 15.38.32

Au delà de la mécanique, Reech a préconisé à Ben & Jerry’s d’amplifier* les contenus via la sponsorisation. L’addition des contenus organiques et de l’amplification a permis au contenu de l’influenceur @Juliendqr de générer 47% des impressions (581K grâce à l’amplification), ce qui représente 15% des vues (près de 65K). 
La sponsorisation a suscité 3693 engagements.


« Amplifier » le contenu d’un influenceur, c’est sponsoriser un post en son nom sur les réseaux sociaux. L’engagement sera bien plus important que si c’est médiatisé par la marque et cela permet d’amortir les coûts de création de contenu

 

👙 Des résultats sexy 

  • 12 publications au total
  • 700K personnes touchées
  • 1 231125 impressions dont 50% organiques (437K vues sur le seul post de l’influenceur Julien)
  • 28K engagements
  •  Près de 1000 participations au jeu concours
  • 5,65% de taux d’engagement (ce qui est exceptionnel compte tenu de la typologie des influenceurs : plus ils sont suivis, moins l’engagement est élevé)

La marque s’est rendue compte que, malgré son absence, la crème glacée était devenue un must pour tout connaisseur de la marque et une légende pour ceux qui ne l’ont pas goûté.

 

☝️Le respect des règles de l’ARPP

Dans tous les contrats influenceurs, Reech précise l’obligation des créateurs de contenus de mentionner explicitement sur leurs posts s’il s’agit de contenus réalisés en partenariat avec une marque ;

Reech vérifie tous les contenus des influenceurs avant de les inviter à les poster, notamment pour vérifier si les contenus respectent les recommandations de l’ARPP (l’Autorité de la Régulation Professionnelle de la Publicité) ;

Concernant le brief aux influenceurs : Reech a bien précisé aux influenceurs qu’il ne s’agissait pas de reproduire une affiche de film mais bien de la réinterpréter : de s’inscrire dans la parodie plus que dans la reproduction afin de respecter les codes de la Propriété intellectuelle ; Le service juridique de Ben & Jerry’s a d’ailleurs vérifié tous les contenus avant le lancement de la campagne.

S’agissant d’un produit alimentaire, la campagne respecte les préconisations sur la consommation excessive (elle ne met pas en scène de quantité excessive ou d’individus se mettant en scène sur le point de consommer sans retenue); le ton de la campagne et des posts est ludique mais n’évoque pas le plaisir de la dégustation du produit ; aucun post ne met en scène un écran.

 

COMMENT INCITER À CONSOMMER RESPONSABLE GRÂCE AU MARKETING D’INFLUENCE ?
Découvrez le cas client Camif 


Vous souhaitez en savoir plus ? 

Contactez nous !
contact@reech.com

Lire la suite

Par

[Infographie] Marketing d’Influence : les chiffres clés d’Instagram

Dans la série Merveilleuses études et statistiques

 

Instagram, le réseau social et un service de partage de photos et de vidéos fondés et lancés en octobre 2010 par l’Américain Kevin Systrom et le Brésilien Michel Mike Krieger a 10 ans.

10 ans !

Et Instagram, c’est clairement LE RESEAU qui a favorisé l’essor de l’Influence. D’ailleurs, l’étude annuelle que nous réalisons depuis 4 ans démontre qu’Instagram est le réseau social préféré des influenceurs. Et pour cause : à travers le développement d’un panel de fonctionnalités comme IGTV, Instagram a permis aux créateurs comme aux marques de partager toujours plus de contenus avec leurs communautés. Si Instagram s’est inspiré d’autres réseaux, comme SnapChat et TikTok, pour proposer certaines fonctionnalités, il reste un réseau précurseur. Instagram, ça fait 10 ans que ça dure : on est donc loin d’un effet de mode.

Pour célébrer l’anniversaire du réseau social qui compte plus d’1 milliard d’utilisateurs actifs à travers le monde, nous avons réalisé une infographie qui pointe les dates et les chiffres qui ont marqué son histoire, et celle du secteur.

 

REECH_infographie INSTAGRAM 2020_05

Instagram est clairement LE réseau qui a favorisé l’essor de l’Influence. D’ailleurs, l’étude annuelle que nous réalisons depuis 4 ans a toujours démontré qu’Instagram était le réseau social préféré des influenceurs. Et pour cause : à travers le développement d’un panel de fonctionnalités comme IGTV, Instagram a permis aux créateurs comme aux marques de partager toujours plus de contenus avec leurs communautés. Si Instagram s’est inspiré d’autres réseaux, comme SnapChat et TikTok, pour proposer certaines fonctionnalités, il reste un précurseur. Instagram, ça fait 10 ans que ça dure : on est donc loin d’un effet de mode. Côté Marketing d’Influence, Instagram est le réseau où l’on observe la montée en puissance du paid social. Reech envisage par ailleurs de mettre autant de budget pour la rémunération des influenceurs que sur la sponsorisation de leurs contenus. Le paid social, ou “l’amplification” accompagnera bientôt toutes les campagne d’influence, notament sur Instagram”, commente Guillaume DOKI-THONON, CEO & co-fondateur de Reech. 

 

A lire sur le Journal Du Net :
« L’amplification, la nouvelle recette pour booster sa stratégie d’influence« 

Lire la suite

Par

Comment Mapstr s’est intégré à une campagne d’influence visant à renforcer l’attractivité de la destination Bretagne ?

Dans la série L'influence Marketing en pratique

Beaucoup de jeunes actifs parisiens et d’Ile-de-France connaissent peu la Bretagne voire, ont une vision erronée de celle-ci. Souhaitant valoriser l’image de la Région et renforcer l’attractivité de la destination auprès de ces jeunes urbains, le Comité Régional Tourisme Bretagne (CRT) a choisi Reech pour l’accompagner dans la définition et le déploiement d’une mécanique d’influence. 8 influenceurs ont été impliqués dans cette campagne inédite ET Reech et Mapstr se sont alliés pour dresser la carte Tourisme Bretagne, la première carte entièrement enrichie des bonnes adresses des habitants d’une région.

Capture d’écran 2020-09-22 à 10.09.41

DECOUVRIR LE CAS CLIENT

 

Ce type d’opération, Mapstr entend le reproduire au profit d’autres régions, d’autres destinations et même en faveur des marques qui veulent exprimer leurs valeurs à travers leurs recommandations d’adresses.
Interview d’Arnaud Verdier, Head of Operations chez Mapstr.

mapstr_logo_color

Arnaud, peux-tu nous présenter Mapstr et nous parler des usages de l’app ? 

Mapstr est un réseau social français de partage de bonnes adresses. Il permet gratuitement et simplement d’enregistrer toutes ses adresses préférées sur une carte et d’accéder à celles des personnes en qui on a confiance. J’entends par “personnes de confiance” : ses proches, ses collègues, des influenceurs que l’on suit déjà sur d’autres réseaux sociaux, etc. 

Les utilisateurs de Mapstr sont des épicuriens, des bons vivants en quête de bonnes adresses à découvrir dans leur ville ou lorsqu’ils voyagent. Grâce à l’application, ils peuvent enregistrer toutes les adresses qu’ils ont testé et qu’ils recommandent à leur entourage, ou se dresser une liste de lieux à explorer durant un séjour ou autour de leur bureau par exemple. Mapstr tend à leur éviter d’aller chercher sur internet des heures LE restau où ils iront ce week-end. Mapstr est un réseau social encore très parisien mais qui a vocation de devenir la référence du “bouche à oreille 2.0” dans toutes les grandes villes du monde.

Reech a sollicité Mapstr pour répondre aux besoins du CRT Bretagne, quelle est la genèse de l’histoire ? 

De nombreuses agences et autres organisations nous sollicitent régulièrement pour venir leur pitcher Mapstr afin de mieux comprendre les synergies possibles. Le plus souvent, quand une collaboration est envisagée, on attend de Mapstr que l’on préconise, à la manière d’une agence, une mécanique bien ficelée, ce qui dépasse l’accompagnement que l’on souhaite donner. La spécificité de Reech, c’est qu’ils nous ont sollicité en ayant déjà défini un dispositif précis dans le cadre de leur collaboration avec le CRT Bretagne.
Je dois avouer que nous n’avions jamais pensé à une telle mécanique et que nous avons été à la fois bluffé et séduits par ce projet. C’est PILE le type de collaboration que nous avons envie de développer.

Reech a sollicité 5 influenceurs bretons fiers de leur Région, qui ont appelé leurs communautés respectives – sur Instagram – à partager leurs bonnes adresses afin de dessiner la première carte Mapstr entièrement enrichies d’adresses d’habitants locaux. Comme le CRT souhaitait renforcer l’attractivité de la destination Bretagne auprès des Parisiens, Reech a ensuite sollicité 3 influenceuses Instagram ayant une audience à Paris pour être le relais de cette première initiative. Ce mix influence – Instagram – influenceurs – Mapstr est super. Nous sommes intervenus en conseil sur la création de la carte. Sur d’autres campagnes nous pouvons également accompagner nos clients sur la communication auprès des utilisateurs Mapstr, cela favorise la conversion.

Quant à l’équipe Reech, elle est très dynamique et super curieuse. En plus de nous avoir sollicité avec une mécanique intelligente, le suivi a été très pro, à tous les niveaux. 

Screen_CRT_Bretagne_2 (1)

 

D’ailleurs, comment Mapstr se positionne vis-à-vis de l’Influence ?

On réalise que les utilisateurs Mapstr sont déjà des influenceurs dans leurs cercles d’amis, et ils peuvent devenir influenceur tout court sur le réseau. Parmi les utilisateurs, il y a également des influenceurs « connus », essentiellement Food et Voyage, qui recommandent leurs adresses sur Instagram et les ajoutent à leur Mapstr. C’est intéressant car ils ramènent leur communauté Insta sur Mapstr. En revanche, on observe pas encore de profils d’influenceurs émergents sur le réseau, ça va venir. Nous réfléchissons en ce moment à proposer aux nouveaux inscrits de Mapstr des recommandations de “super profils” d’utilisateurs dans leur ville.

Quels sont les temps forts de Mapstr sur les prochains mois ? 

Pendant le confinement, on s’est dit qu’il fallait contacter tous les acteurs publics. On avait essayé de le faire il y a quelques mois mais on avait senti peu de réceptivité. Aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a plus d’ouverture, plus de demandes de rendez-vous de la part des collectivités, des offices de tourisme, etc. On aimerait vraiment que Mapstr devienne indispensable à la communication de ces acteurs : cartographier des territoires via les bonnes adresses renforce l’attractivité d’une région et facilite les visites touristiques. C’est pratique de passer par Mapstr : en investissant du temps, on peut créer une carte sympa. Puis c’est un réseau social français : cocorico ! 

En parallèle, on aimerait développer des partenariats avec les marques et les lieux (hôtels, restaurants, centres de loisirs, musées, etc). Ils peuvent en effet passer par Mapstr pour annoncer une ouverture d’établissement, un changement de carte, une actualité forte. Toutes les personnes qui ont enregistré l’adresse (et qui donc, la recommandent) reçoivent l’info : ça vaut le coup. C’est beaucoup plus ciblé qu’une communication sur Insta ou Facebook par exemple.

Concernant les marques, toutes celles qui ont des valeurs fortes peuvent le traduire en proposant leur sélection de lieux. Si Nike veut faire une carte de tous les lieux pour faire du sport à Paris, par exemple, elle ne prend pas de risque : ça plaira à la communauté d’aficionados de la marque. C’est pareil pour les assos ou marques vegan qui veulent indiquer à leur communauté les adresses correspondant à leurs habitudes ou idéaux. En plus, nous avons lancé les cartes collaboratives, qui permettent aux marques de laisser leur communauté participer à la création d’une carte. Quand une marque fait contribuer la communauté, l’engagement et l’attachement à la marque est encore plus fort !

 

Capture d’écran 2020-09-22 à 10.09.41

CAS CLIENT

Lire la suite

Par

La boîte à réponses de l’Influence Marketing

Dans la série L'influence Marketing en pratique

Le 10 septembre dernier,  lors de son webinar “La Boîte à Questions de l’Influence Marketing”, Guillaume DOKI-THONON, fondateur de Reech, répondait aux questions que les marques et les annonceurs lui ont adressés.

Quelles sont les « best practices » de l’Influence ?

  • Faire les choses dans l’ordre.

Identifier les bons influenceurs n’est pas la première étape. Le succès d’une campagne d’influence marketing c’est d’abord la construction de la mécanique. C’est à partir de là qu’on détermine le profil des influenceurs que l’on souhaite impliquer. Pour construire la mécanique, il s’agit déjà de connaître son écosystème : que font mes concurrents, sur quels réseaux dois-je être par rapport à mon secteur d’activité, que font ou que peuvent m’apporter les influenceurs ?

Parfois, il vaut mieux identifier une typologie d’influenceurs plutôt qu’un profil unique d’influenceur, cela évite la dépendance à un profil. A partir de là, on peut contacter les influenceurs et on a plusieurs possibilités en cas de refus ou d’indisponibilité.

  • Bien choisir sa typologie d’influenceurs

Il y en a 3. Top tail (plus d’1 millions d’abonnés), Mid  tail (entre 10k et 1M) et Long tail (entre 1000 et 10K). Mais cette classification dépend beaucoup du réseau social dont on parle et du pays de l’audience que l’on cible.

  • S’intéresser aux chiffres

Les technologies d’influence permettent de mieux comprendre la crédibilité de l’audience des influenceurs. Il faut analyser la communauté de l’influenceur car, in fine, plus que l’influenceur, c’est bien le profil de sa communauté qui est important pour votre marque. En 2020, on ne peut pas faire d’influence sans data.

  • La transparence

Le temps où les marques cachaient leurs partenariats est révolu. Il faut suivre les recommandations de l’ARPP. L’organisme a établi un guide des bonnes pratiques : il faut que la notion de partenariat sponsorisé soit claire, en Français, et cite l’annonceur. Les chiffres prouvent que cette mention n’affecte pas le taux d’engagement.

  • Être dans l’air du temps

Le sujet du moment, et celui de demain, c’est l’amplification. Quand vous analysez le coût d’une partenariat influenceur, vous voyez que ce coût n’est que lié à la création du contenu. Mais pour qu’il performe, le coût doit aussi être mis sur l’amplification (ads). L’influenceur est avant tout un créateur. En amplifiant son contenu, vous capitalisez sur le pouvoir de diffusion des réseaux sociaux. Quand le contenu visible est celui de l’influenceur et non de la marque, l’engagement explose.

  • La cession des droits

Aujourd’hui, on a tendance à réutiliser les contenus réalisés par les influenceurs. Mais pour cela, il y a des règles et des prix de cession de droits à négocier avec les influenceurs. Nous avons par ailleurs réalisé un pense-bête sur ce sujet. 

 

DROITS DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE :
CONSULTEZ NOTRE PENSE BETE 

Capture d’écran 2020-09-14 à 13.38.17

Comment identifier les bons influenceurs ? 

Un mot : data. Il s’agit de vérifier le nombre de followers, le taux de crédibilité de l’audience, son taux d’engagement comparativement à sa taille de communauté. On ne peut pas identifier un bon influenceur sans avoir accès à sa donnée. Il faut également de la donnée socio-démographique : où se situe l’audience de l’influenceur ? Certains influenceurs français sont majoritairement suivis à l’étranger et si votre marque cible les Français, vous feriez une erreur de ciblage.

Il ne faut pas non plus minimiser la dimension qualitative : quel est le taux de réactivité de l’influenceur? Si vous devez le relancer souvent, s’il ne respecte pas les deadlines, cela vous fait perdre du temps et peut-être même de l’argent. L’affinité est une donnée capitale : assurez-vous que l’influenceur est en phase avec les valeurs de votre marque. Plus il a une affinité, plus il sera impliqué et vous pourrez bénéficier de contenus “bonus”. Il vaut mieux passer du temps à choisir un influenceur que passer du temps à le “manager”.

 

Comment cadrer tous les aspects de la collaboration avec lui ?

Si vous voulez utiliser les contenus d’un influenceur réalisés dans le cadre d’une campagne, cela doit être précisé dans le contrat. Vous ne pouvez par exemple pas amplifier le contenu d’un influenceur alors que ce n’était pas prévu au départ ni approuvé par l’influenceur. La cession de droit doit également être stipulée dans le contrat.

Il ne faut pas oublier de préciser, dans le contrat, que l’influenceur doit envoyer ses statistiques après la publication de ses posts, pour analyser les performances de votre campagne. Celui-ci n’y aura plus accès passé un certain temps. Enfin, vous devez convenir de la dimension d’exclusivité avec l’influenceur, si cela est impératif pour votre marque.

 

Quelles sont les spécificités d’une campagne d’influence pour un service VS un produit ?

Les campagnes sont tout à fait similaires. Dans les deux cas, c’est la mécanique qui prime.
C’est plus particulier dans le B2B car la stratégie doit se baser sur une prise de parole plus longue : on va collaborer plus longuement et plus profondément avec l’influenceur. Il va devenir ambassadeur de votre service.

 

Dois-je faire plusieurs opérations avec des micro-influenceurs ou des opérations ponctuelles avec des “gros” influenceurs? 

Sur les micro-influenceurs, le taux d’impression est de 45%. Ce taux va être de 35% pour les mid-tail (entre 10K et 1M d’abonnés). C’est  donc plus logique d’activer moins de fois les petits influenceurs que d’activer plusieurs fois des gros influenceurs. Il vaut mieux activer en one shot les micro et plusieurs fois les macros.

 

Comment négocier le cachet des influenceurs ?

Il faut connaître les fourchettes de rémunération selon ce qui est demandé aux influenceurs et avoir de la data pour connaître les données socio-démographiques de l’influenceur afin de négocier. Cette négociation est sûrement la partie la plus difficile pour les annonceurs qui collaborent en direct avec les influenceurs.

 

Quels objectifs puis-je atteindre avec une campagne d’influence marketing ?

 

Capture d’écran 2020-09-14 à 13.36.58

 

 

Lire la suite