Image (8)

Tout savoir pour mener à bien vos campagnes

Découvrez les fiches pratiques de l'influence marketing
Télécharger

Les bonnes pratiques pour rédiger votre contrat influenceur

Le 10 février 2022
Par Candice COLLOMB

Quand il s'agit de collaborer avec un influenceur dans le cadre d'une campagne de marketing d'influence, les marques sont souvent tentées de passer un accord tacite avec l'influenceur et de ne rien formaliser dans un contrat.

D'expérience nous pouvons dire que c'est très risqué, car que se passera-t-il en cas d'incompréhension entre l'influenceur et la marque ? Comment faire pour être sûr de bien délimiter la collaboration et d'éviter les zones d'ombres ? C'est la que le contrat a toute son utilité pour protéger la marque, les influenceurs et les chances de succès de la collaboration.

1. La confiance n'exclut pas le contrôle

Une relation transparente et positive entre la marque et l’influenceur ne perdra pas de sa force et de son authenticité face à la perspective de l’élaboration d’un contrat très précis sur tous les aspects de la collaboration. Bien au contraire, elle gagnera en qualité.

La phase de préparation du contrat est en soi déjà une manière de renforcer les bases de la relation entre la marque et l’influenceur. C'est le moment idéal pour échanger, discuter, se connaître et mettre sur la table les attentes et perceptions des uns et des autres. 

Un contrat bien rédigé est le meilleur moyen d’éviter de mauvaises surprises ou les incompréhensions qui risquerait de mettre en péril la campagne et la collaboration entre l’influenceur et la marque.

Penser au contrat, c’est déjà penser à vos attentes : le fait de les cadrer clairement permet de maximiser les probabilités de succès de la campagne. L’influenceur partira alors sur des bases saines, avec des indications claires de votre part sur, par exemple, le nombre et la fréquence attendue pour ses prises de parole, les contenus à produire, la manière de présenter la marque, etc. 

Le contrat sert aussi à anticiper des éléments plus complexes auxquels on n’aurait même pas pensé au départ, comme :

• l’accès aux statistiques et aux données de performance des campagnes

• les clauses d’exclusivité

• la cession des droits si la marque souhaite amplifier les contenus de l'influenceur

• la réutilisation des contenus sur d’autres supports

2. Comment construire le contrat avec votre influenceur ?

Soyons clair, il est impossible de pouvoir tout anticiper lorsque vous établissez un contrat quelqu'il soit.

Chez Reech, avec le temps et l'expérience, nous avons cependant identifier les "must-have" de ces contrats que nous vous avons condensés ci-dessous :

a.  Les informations essentielles d’un contrat de marketing d’influence

Ces éléments sont la base de tout contrat entre un influenceur et une marque dans le cadre d'une campagne d'influence marketing : 

  • Contenus et livrables

Ecrivez clairement le nombre de livrables attendus, leur(s) format(s) et les réseaux de diffusion à utiliser. N'oubliez pas de prévoir l'accès à toutes les statistiques de performance publiques ou non publiques, y compris sur des contenus éphémères. Il est d’ailleurs fortement recommandé de prévoir le rendu de preuves de performance et non simplement de chiffres qui se baseraient sur la seule bonne fois supposée de l’influenceur.

  • Période, durée et fréquence de publication

Savoir combien de temps dure la campagnes ou quels sont les jours et les heures où les contenus doivent être publiés, sont des informations de base.

N'oubliez pas de préciser également les dates d’envoi à la marque du contenu à valider ainsi que le nombre d’aller-retours à prévoir. Pensez-y ! Cela minimisera les dépassements de délai et garantira que les contenus soient publiés en temps et en heure sur les réseaux de l'influenceur.

S’il s’agit d’un post non-éphémère, il est important d’indiquer une durée minimale de mise en ligne avant sa suppression. Certains influenceurs ont l’habitude d’archiver ou de supprimer leurs contenus au bout d’un certain temps.

  • Éléments à mettre en avant

La marque doit veiller à bien préciser non seulement les éléments à mettre en valeur dans les contenus – produit, messages, compte(s) à citer, hashtag(s), lien – mais aussi la manière de le faire.

L’influenceur n’est pas censé connaître tous les détails de votre campagne alors n'hésitez pas à passer le temps nécessaires avec lui pour lui expliquer et à cadrer ces éléments dans le contrat. 

  • Rémunération, conditions et délai de règlement

Une campagne de marketing d’influence consiste en un échange mutuel entre un créateur de contenu (influenceur) et une marque. 

Veillez à bien définir dans le contrat la nature de la compensation (argent, produits, code promo etc.) ainsi que la quantité. 

N'oubliez pas non plus de préciser les conditions de règlements ainsi que les informations administratives nécessaires et la personne de contact. 

  • Anticiper les aléas

La crise sanitaire a permis à beaucoup de marques d’en tirer des leçons, parmi lesquelles les annulations de dernière minute. Ainsi, pour une opération impliquant des lives ou la participation à des événements, il est fortement recommandé de prévoir des compensations si l’influenceur se trouve dans l’incapacité d’y prendre part ou si l’événement est annulé pour cas de force majeure, par exemple.

b. Amplification, réutilisation et cession de droits

La marque peut souhaiter réutiliser le contenu créé par l’influenceur dans différentes situations : une mise en avant sur un site web, une utilisation lors d'un évènement ou une ré-utilisation du contenus sur les réseaux sociaux. Les contenus créés par l'influenceur peuvent également faire l’objet d’une campagne publicitaire – dans ce cas on parle d’« amplification ».

Dans tous les cas non seulement l’influenceur doit être informé et d’accord comme il doit être rémunéré pour la cession de ses droits d’auteur voire de ses droits d’image. Ce montant variera, entre autre, en fonction du format de la création, de sa taille et situation, du volume de l’audience exposée, des territoires de diffusion et de la durée d’utilisation. 

Même si au départ la marque n’a pas nécessairement l’intention de faire de l’amplification ou de réutiliser les créations, il lui est très fortement recommandé de prévoir cette possibilité par défaut dans le contrat.

Surtout n’oubliez pas : la durée d’une cession de droits est limitée. Une fois dépassé le délai prévu, il faudra à nouveau payer l’influenceur pour continuer d’utiliser ses créations.

 

c. Clause optionnelle de non-concurrence

Toutes les marques ne peuvent se permettre d’exiger l’exclusivité sur les prises de parole de l’influenceur, du moins sans préciser un délai maximum raisonnable.

Tous les influenceurs ne se prêtent pas non plus à ce jeu, leur notoriété venant souvent de leur liberté de tester et de parler de tous les acteurs en présence.

Cette clause optionnelle dépendra du secteur, du produit, de l’influenceur et de la capacité de la marque à le rémunérer à la hauteur du manque à gagner.

 

Pour toute question relative à la création d'un contrat entre votre marque et un influenceur, nous vous invitons à prendre contact avec un expert Reech

 

picto

Fiches pratiques

12 fiches pour élaborer et suivre vos campagnes d'influence marketing

Télécharger
A propos de l'auteur

Candice COLLOMB

Senior Communications Manager

Suivez la performance de vos compagnes en temps réels,

présentez des informations concrètes, quanti et quali à vos clients ; Mettez en avant les KPIs de vos campagne en bref : ancrez votre stratégie d’Influence dans le concret.

Ne passez pas à côté de nos actualités !

Découvrez nos actualités, nos offres d’emploi, les coulisses de Reech, les articles qui parlent de nous et inscrivez-vous à nos prochaines conférences.

Suivez nous sur Linkedin
/fr/blog/les-bonnes-pratiques-pour-rediger-votre-contrat-influenceur